HISTORIQUE DE SAINTE-NÉOMAYE

La commune de Sainte-Néomaye est perchée sur une hauteur de 98 mètres.

Elle est située à 18 kilomètres de Niort, 3 kilomètres de la Crèche et à 8 kilomètres de Saint-Maixent-l’École.

Son accès se fait par les grands axes reliant Poitiers à Niort : la route nationale 11 ou l’autoroute A1 la route départementale 182 la desservant de part en part.

Origine du nom de la commune

La commune tire son nom de sainte-Néomadie (Sancta Neomadia), qui appartenait à une noble famille nommée les Beaussay, alliée à la maison royale. Le village est connu en 1224 sous le nom de Sancta Neomadia, en 1377 il devient Saincte Onomaye en Poitou (archives historiques du Poitou en XXI-4), en 1417 Ste-Néomaire, en 1420 Chastel de Ste-Néomaye (Gr.Gautier, des bénéf.), en 1428 Saincte Néomaye près de St Maixent (chronique de Gruel), en 1526 Ste-Néomaye (bulletin de la Société de Statistiques de 1873), en 1775 Ste momaille ou Ste-Monnaye, en 1778 Ste Néomaye (Archives des Deux-Sèvres), en 1782 Ste Nommee puis Ste Néomaye.

LA LÉGENDE DE

SAINTE-NÉOMAYE

LA LÉGENDE DE

SAINTE-NÉOMAYE

Sainte-Néomaye serait née en Loudunais (nord du département de la Vienne), peut-être à Mouterre-Silly, entre le IV et le Ve siècle, et aurait pratiqué les plus humbles vertus sous l’époque de Saint-Florent, un des premiers évêques de Cahors.

Très curieusement, les gens de la région nommaient parfois le village Saint-Tremoi Le nom de Ste-Néomaye est celui d’une pieuse jeune fille canonifiée par l’Église et qui eut une chapelle en sa mémoire où elle est enterrée à l’emplacement de l’église actuelle.

Elle s'exila sur les rives de la Sèvre comme simple bergère, pour s'éloigner des siens. Chaque jour faisant, elle menait ses moutons à l'herbage, jusqu'à ce qu'à Fontcreuse. Un jour, voyant ses troupeaux souffrir de la soif, elle implora le ciel en leur faveur, puis, frappant le sol de son bâton de bergère, elle fit jaillir une source qu’on n’a jamais vu se tarir ni se troubler ; une telle source est sans doute celle qui donne toute l’année coule à gros débit parmi le cresson dans le pré de la Sèvre et que tout le monde dans la paroisse connaît sous le nom de Fontaine Madame.

La représentation de la Sainte qui nous la montre affublée d’une patte d’oie concorde avec la légende selon laquelle, pour échapper aux avances d’un seigneur trop pressant, la Sainte pria Dieu de l’enlaidir et son pied se transforma en patte d’oie.

Tableau de Devergnes - 1755 - représentant Sainte Néomadie ou Néomoise

Tableau de Devergnes (1755)
représentant Sainte Néomadie ou Néomoise

Le thème du pied d'oie, attribué à plusieurs saintes, ainsi qu'à des reines (la reine Saba, la mythique reine Pédauque, Berthe aux grand pied...) peut faire référence à la lèpre, maladie provoquant des affections cutanées (écailles, couleur...) pouvant évoquer des pattes de palmipède. La patte d'oie était la marque distinctive des lépreux au Moyen Âge.

Son culte est alors fort répandu dans le Poitou à tel point que son tombeau devint le rendez-vous d’une foule de fidèles qui venait prier et demander leur guérison. L'Église l'honore comme Sainte le 14 janvier, Sainte guérisseuse et elle est considérée comme patronne des bergers en Deux-Sèvres. Les pèlerins devenant nombreux, une foire fut instituée pour les alimenter et, depuis le XVIIIe siècle, Sainte-Néomaye perpétuait chaque année sa "Foire aux Mules", à l’origine le 14 janvier, encore très célèbre au 19e siècle. Rétablie début juillet jusqu’à un passé récent, c'était un rendez-vous pour le concours mulassiers où s'exposaient les associations de la Commune ainsi que quelques vieux métiers..

Le Haut Val de Sèvre a été le haut lieu de production des mules et mulets du Poitou exportés dans le monde entier et particulièrement dans le sud de l'Europe (Espagne, Italie, Portugal...). Mules et mulets du Poitou sont le produit de la fécondation de juments mulassières poitevines par les baudets du Poitou. Ils sont, par excellence, des animaux de trait des routes montagneuses. Le baudet dit bourailloux, aux poils longs et grandes oreilles, fait la joie des enfants tant par son originalité que sa sympathie. Des éleveurs ainsi que des passionnés perpétuent encore la tradition de cette race.

Source principale de recherche :
Ste-Néomaye, historique et patrimoine de Suzette Tudeau-Biget et Jocelyne Germanaz

UNE COMMUNE CULTURELLE & HISTORIQUE

Connue depuis 1924, Sainte-Néomaye est aujourd'hui une commune tournée vers la moderité mais où le passé et les mythes se cotoient depuis des siècles.